Recette de Salade de somen courte à la vinaigrette de shiso vert (par Chiemi Okumoto)

IMG_2141

Voici la 1ère des trois recettes japonaises présentée par Chiemi Okumoto lors de la démonstration culinaire N°10 organisée par la boutique Nishikidori ! Cet atelier gratuit était consacré aux nouilles japonaises, dont les fines nouilles somen, très consommées au Japon. Cliquez ici pour avoir le récit de cet événement !

Merci à Chiemi de m’avoir autorisé à la partager sur mon blog ! N’hésitez pas à la suivre sur Instagram où elle partage de nombreuses photos culinaires. Lire la suite

Publicités

Recette de nouilles soba, sauce goma-daré (par Chiemi Okumoto)

Voici la troisième et dernière recette japonaise présentée par Chiemi Okumoto lors de la démonstration culinaire N°10 organisée par la boutique Nishikidori ! Cet atelier était consacré aux nouilles japonaises, dont les délicieuses nouilles soba, ou pâtes de sarrasin, très utilisées au Japon. Cliquez ici pour avoir le récit de cet événement !

La recette ci-dessous est très simple, et nécessite des produits d’épicerie se conservant longtemps et réutilisables dans de nombreuses autres recettes. La pâte de sésame blanc par exemple peut très bien être utilisée dans des recettes orientales comme le houmous pour remplacer le tahini ! Le dashi shoyu est une sauce de base de la cuisine japonaise, un mélange de sauce soja et de dashi (eau+algue kombu+flocons de bonite séchée).

N’hésitez pas à consulter la page Facebook de Nishikidori pour être au courant de leurs prochaines démonstrations culinaires, qui sont gratuites !  Lire la suite

S’initier aux nouilles japonaises avec Nishikidori, épicerie japonaise à Paris

IMG_2179

L’épicerie japonaise Nishikidori, à Paris, en plein Little Tokyo près de la rue Sainte Anne, est bien connue des passionnés de cuisine nippone. Fondée par Olivier Derenne, véritable dénicheur de saveurs authentiques, cette enseigne propose depuis des années une sélection pointue de merveilleux produits japonais. Si je fais régulièrement mes courses de produits de base chez d’autres supérettes nippo-coréennes comme K-Mart (pouvant faire mon stock de kimchi par la même occasion), quand il s’agit de produits plus pointus, je me dirige vers Nishikidori ! En vous rendant sur leur site internet, vous trouverez de nombreux renseignements sur les produits, ce qui fait cruellement défaut dans d’autres épiceries. Origine, allant jusqu’au nom du producteur, composition exacte, conseils d’utilisation… Les prix sont un peu plus élevés qu’ailleurs, mais la qualité et le service les justifient amplement !

Initialement disponible sur Internet uniquement, ils ont ouvert un vrai magasin, et proposent par la même occasion des démonstrations culinaires gratuites : pour ne pas en manquer une, suivez-les sur Facebook ! C’est ainsi que j’y ai passé un samedi après-midi consacré aux nouilles japonaises, et tout particulièrement autour des trois recettes de pâtes froides, parfaites pour l’été. L’atelier était animé par l’équipe du magasin, dont Chiemi Okumoto, spécialiste de l’histoire gastronomique (titulaire d’un Master en Histoire et Cultures de l’alimentation de l’Université de Tours, référence en la matière) et cuisinière accomplie. Lire la suite

Combattre la chaleur de l’été japonais : le kakigori !

Je ne sais pas si vous êtes déjà allé au Japon en été, mais les mois de juin, juillet, août et septembre peuvent être TRES TRES chauds ! Et humides. Oubliez le brushing ou le maquillage (enfin sauf les Japonaises, qui nous envoient réellement des leçons d’élégance en toutes circonstances). Forcément, on est vite tenté de déguster des glaces : Häagens-Dazs Japon en a d’ailleurs de délicieuses (testez absolument le Crispy Sandwich au thé vert matcha et kuromitsu, une sorte de mélasse). Mais le vrai secret des Japonais, c’est le Kakigori, かき氷, dont on retrouve également en Corée une variante appelée bingsu.  Lire la suite

Exposition Yu-Ichi INOUE, la calligraphie libérée

Peut-être avez-vous vu des affiches parlant de « Japonismes 2018 » ? En effet, nous célébrons cette année les 160 ans de relations diplomatiques entre la France et le Japon. A cette occasion, de nombreux événements et expositions ont lieu (ou auront lieu) jusqu’à la fin de l’année. Parmi ceux-là, ne manquez pas l’exposition « Yu-ichi Inoué, la calligraphie libérée«  ! Outre son intérêt, le ticket de cette exposition (de 5€) vous donnera aussi accès à l’exposition « Fukami, une plongée dans l’esthétique japonaise«  à l’Hôtel Salomon de Rothschild, qui mérite non seulement le détour, mais d’y passer deux heures, tellement les œuvres présentées sont riches et profondes. Pour plus de détails sur l’exposition Fukami, parcourez ici l’article dédié.

Mais revenons à Yu-ichi Inoue, un des calligraphes modernes ayant le plus marqué l’art japonais. Yu-ichi INOUE (1916-1985) est un artiste majeur de l’avant-garde d’après-guerre : le traumatisme du conflit mondial, l’évolution de la société japonaise vers la consommation de masse et le tout-économique, ses préoccupations individuelles face à l’âge et la maladie… Le travail de Yu-ichi utilise un art ancestral, au service de ses engagements, avec une sobriété monochrome extrêmement puissante. Il n’est pas étonnant qu’il ait été proche d’artistes français comme Pierre Soulages. Avec Yu-ichi Inoue, les caractères chinois, comme les hiragana japonais, se transforment, prennent vie, vivent et dansent sur le papier, et hypnotisent le visiteur. Parfois telles des flammes folles, indomptables dont on sent l’envie de déborder du cadre, mais également tel un cours d’eau sombre, recelant bien des secrets… Lire la suite