Ahssi, restaurant coréen – Paris

ahssi-facade

Ayant décidé de partir en Corée l’année prochaine, autant s’initier au plus vite aux merveilles de la cuisine du Pays du Matin Calme, afin d’en apprécier toutes les nuances une fois sur place ! Suivant les commentaires positifs lus sur la toile (notamment sur le blog de Céline Aime), j’ai rejoint le quartier Ste Anne à Paris pour faire une infidélité aux restaurants japonais qui font la loi, pour passer la porte de Ahssi ! Lire la suite

Shin Jung, restaurant coréen – Paris 8ème – France

 Avec un voyage en Corée prévu dans 2 ans, je n’ai pas pu empêcher de commencer rapidement mon apprentissage de la culture coréenne. 1èreétape : sa culture culinaire !
Pour une fan du Japon telle que moi ( 4 voyages en 7 ans tout de même), s’intéresser à la Corée signifie effacer toute références et raccourcis au Pays du Soleil levant. Ces deux pays voisins sont à la fois terriblement proches et très différents dans leurs approches et techniques. S’ils partagent le même goût pour le riz collant, les rouleaux d’algues fourrés (kimbap en Corée, makizushi au Japon), le poisson cru, les Coréens consomment nettement plus de viande, plus de ragoûts, mangent beaucoup plus épicés et sont très fiers de leur racine reine : le ginseng. La cuisine coréenne est une cuisine du bouilli, du confit ou les saveurs sont fortes et combinées : le sucré, l’amer, l’épicé … Les viandes sont marinées, le kimchi, ce fameux chou mariné dans une pâte de piment, un condiment indispensable et quotidien. Entouré par la mer mais influencé par le pays-continent chinois, on retrouve autant de produits de la mer (calmars, méduses, sashimi, fruits de mer en crêpes) que de bœuf ou porc.
Alors que le froid s’installe sur Paris, rien de mieux qu’un solide repas coréen pour vous réchauffer. Bien que les  Coréens mangent leurs plats très chauds (et très vite), prenez votre temps, culture française oblige. Direction Shin Jung dans le 8ème arrondissement, près du métro Liège. Un petit restaurant à la décoration simple et discrète, dans une petite rue calme. Les autocollants des meilleurs guides culinaires recouvrent la vitrine : bon signe !
Apéritif à base de bière coréenne, une lager très douce et rafraichissante, dans la veine des bières asiatiques (chinoises, japonaises, thaï …) !

Crepe au kimchi. On retrouve souvent ces crepes/omelettes, assaisonnés de fruits de mer, de ciboule ou de kimchi.

Salade de méduses, morceaux de poires (proches du nashi japonais), salade verte et assaisonnement au sésame. Grande amatrice des textures légèrement caoutchouteuses, calmar et poulpe en tête, la méduse m’a séduire par sa douceur et par son aspect translucide. Délicieux !

Barbecue de bœuf (bulgogi) : le bœuf est mariné dans une sauce à base de soja et de sésame, puis grillé devant vous. Les odeurs montent en volutes, la sauce caramélise doucement … Un délice.

Ragoût de tofu au bœuf, légèrement épicé, absolument immangeable dans les 5 premières minutes car brûlant de chez brûlant, mais tellement bon ! Ne vous fiez pas à son apparente petite taille, il est bien plus copieux qu’il n’y parait, surtout accompagné d’un bol de riz et des traditionnels banchan, petits accompagnements toujours servis sur une table coréenne (racine de lotus confite, pousses de soja, épinards blanchis, kimchi, petits champignons …).

Banchan

Un petit thé vert pour accompagner tout cela …
Un repas copieux et réconfortant, dont on repart heureux d’avoir dégusté de nouvelles choses ! La  prochaine fois, je teste la côte de bœuf à la coréenne !
Adresse :  Shin Jung, 7 rue Clapeyron, 75008 Paris
Budget : environ 20 euros par personne

Oh Chapeau, restaurant coréen – Paris, France

En ce moment, je découvre avec plaisir la cuisine coréenne, ainsi que sa culture. Totalement éblouie par le Japon, j’en étais arrivée à oublier son petit mais puissant voisin. Si les produits sont très similaires, les recettes coréennes sont uniques, et Paris n’est pas en reste de restaurants de qualité. N’hésitez plus et visitez les adresses coréennes des Promenades du Goût.

Direction Oh Chapeau, un restaurant du 5ème arrondissement (Censier Daubenton) au nom étrange mais facilement mémorisable !



Salle comble un samedi soir … Réservation chaudement recommandée ! L’avantage avec la cuisine coréenne, c’est qu’on est servi très rapidement : les plats ne sont en effet souvent que des assemblages (sans allusion péjorative) (cf bibimbap) ou cuisinés devant vous (cf bulgogi). L’idéal pour un repas qui ne s’éternise pas, par exemple avant un spectacle ou une séance de cinéma (notre cas).

Banchan : assortiments de condiments, typiques de la cuisine coréenne, qui vous permettent de vous rafraîchir la bouche (assortiments d’algues), de vous donner un coup de fouet (kimchi, choux mariné dans le piment) ou de vous apaiser le palais (racines de lotus confites et sucrées). Vous y trouverez également des épinards blanchis, des haricots … Le plat de banchan est toujours compris dans le menu, ainsi qu’un petit bouillon clair.
Les raviolis sont un plat très communs en Asie : on en trouve en Chine, comme au Japon (les gyoza) et également en Corée, qui sont préparés comme au Japon, c’est à dire cuit à la vapeur puis grillés. Ces raviolis sont croustillants et se marient très bien à la sauce soja légère proposée à coté.
Le champion des restaurants coréens : le dolsot bibimbap. Le bibimbap est un plat de riz blanc et collant (très proche du riz japonais), recouvert d’un assortiment d’ingrédients : viande de bœuf crue ou cuite, un jaune d’œuf, des lamelles de courgettes, de carottes, de concombre, des champignons, des pousses de soja … Le dolsot bibimbap est un bibimbap servi dans un grand bol de pierre brûlant. Versez de la sauce soja (pimentée ou non), et remuez le tout à l’aide de votre cuillère en acier. Écoutez le riz qui grésille sur la pierre chaude … (15€)
Place au bulgogi, un autre plat typiquement coréen, et légèrement plus onéreux. Le bulgogi est un barbecue de viande (bœuf, canard, porc, poulet) mariné (dans la sauce soja, l’huile de sésame etc …) qui est grillé devant vos yeux sur un poêle. Les odeurs sont à tomber, et le jus de cuisson est juste magique.

Ici, bulgogi de canard (voila une nouvelle méthode de préparer un magret !) (18€)

Bulgogi cuit. Le tout en quelques minutes à peine !

Adresse : Oh Chapeau, 4 rue Petit Moine, 75005 Paris
Budget : environ 15 et 25€ (réductions pnctuelles sur La Fourchette)

Guibine, restaurant coréen – Paris, France

Le quartier de Sainte Anne à Paris est connu pour ses très nombreux restaurants japonais, mais abrite également d’excellents repaires coréens. Les supermarchés du coin sont d’ailleurs mixtes et proposent autant de produits nippons que de la péninsule coréenne. Un jour de semaine, nous avons voulu tester le menu du midi du restaurant Guibine, que beaucoup recommandent telle une des meilleures tables coréennes de la capitale, avec l’Arbre de sel près de Montparnasse. Nous avons été TRÈS bien accueillis, et nous nous sommes régalés pour une douzaine d’euros, comprenant une salade et des raviolis sautés, un barbecue de bœuf et ses accompagnements, ainsi qu’une boule de glace (que l’on peut intervertir avec un café). Machiké mogo ! (bon appétit)

La Corée est le seul pays asiatique à utiliser des baguettes en métal (jeotgarak). Les Coréens utilisent également très souvent une cuillère en métal (et cela depuis le 5ème siècle).

Petite salade croquante à l’assaisonnement acidulé : carottes, salade, concombre et sésame blond

Petits raviolis sautés (comme les gyoza japonais), à tremper dans une petite sauce spéciale

Bulgogi pour deux (barbecue coréen de bœuf).

Le grill, placé à coté de soi, est recouvert de 4 éléments : bœuf en lamelles, champignons émincés, nouilles de fécule de patate douce (dangmyeon) et sauce. Le serveur s’occupe de tout. Après avoir allumé le gril, et laissé saisir la viande quelques secondes, il la recouvre à l’aide d’une cuillère de la sauce. Il pousse alors la viande sur le rebord incurvé, puis la replace sur le grill. Il coupe ensuite le feu et vous invite à vous servir à l’aide de vos baguettes, et à déguster cette viande délicieuse avec du riz blanc cuit à la vapeur.


Une table de restaurant coréen est toujours très colorée grâce au banchan. Le banchan est un assortiment d’accompagnements : kimchi (choux pimenté), racines de lotus sucrées (yoengeun jorim), pousses de soja et carottes (kongnamul) , épinards (sigeumchi namul), salade d’algues (miyeok muchim), julienne de radis légèrement pimentés (musaengchae)

Boule de crème glacée au thé vert (comprise dans le menu)

Adresse : Guibine, 44 rue Sainte Anne, 75001 Paris
Budget : midi (menu à 12,5€), soir à partir de 18€

L’Arbre de Sel , excellent restaurant coréen à Paris (quartier Montparnasse – Vaugirard)

Envie de cuisine asiatique, mais lassé des california maki et des canards laqués au glutamate ? Changez pour la cuisine coréenne ! Savoureuse et conviviale ! Et remplissage de ventre garanti grâce au riz collant, comme le riz japonais.

Au détour d’une réduction la Fourchette (bien pratique), nous avons ainsi pu tester une adresse coréenne près de Montparnasse : l’Arbre de Sel ! Conseillé et approuvé par des amis, ce restaurant ne pouvait pas nous décevoir. Et promesse tenue ! Service très agréable et rapides et serveuses souriantes et pédagogues.

Craquez comme nous pour un bibimbap chaud au boeuf, accompagné d’une liqueur de framboises, ou un Samgueobsal accompagné de liqueur à la prune.


Gros plan sur le Samgueobsal, une grillade de poitrine de porc, qui crépite sur son poêle en fonte bien chaud. Placez une tranche de viande sur une feuille de salade, ajoutez y des tranches de tofu frit en lamelles et des tranches de citronnelle émincées et parfumées au kimchi, roulez le tout et trempez cela dans la sauce à l’huile de sésame. Une tuerie !

Plan large sur les deux menus : Samgueobsal au premier plan et bibimbap au fond.


Délicieux Bibimbap bien rassasiant. Le principe du Dolsot bibimbap (Bibimbap chaud) est simple : dans un plat rond en pierre très chaude, on place du riz, de la viande de boeuf, des lamelles de champignons, des pousses de soja, des épinards en branches, de la carotte émincée … bref tout ce que l’on veut, et on remue le tout à l’aide de baguettes coréennes en métail (ou d’une cuillère). Le riz grésille parfois sur la pierre chaude. Un vrai délice.


A gauche, liqueur de prune, à droite, liqueur de framboise.

Adresse : L’Arbre de Sel, 138 rue de Vaugirard, 75015 PARIS
Prix (sans réduction) : formule midi entre 10 et 14€, menus du soir entre 13 et 40€