Izakaya Miyoshi – Hiroshima, Japon

Miyoshi, izakaya à Hiroshima - Japon

Il y a beaucoup de similitudes dans les types de restauration entre le Japon et la France : restaurant de cuisine kaiseki et restaurant gastronomique, shokudo et brasserie populaire, et enfin izakaya et bistrot convivial ! En voyage au Japon, j’apprécie particulièrement ces derniers : ils combinent le meilleur rapport qualité/prix de l’archipel. Des prix raisonnables, une grande diversité de mets, des menus souvent illustrés de photos, une ambiance très détendue, la bonne occasion d’observer comme les Japonais apprécient se détendre après une (grosse) journée de travail. Lire la suite

Chiran : un déjeuner chez les samourai

Les jardins de Chiran - Japon

Jardin de Mori Shigemitsu – Chiran

Quoi de mieux pour s’imprégner du Japon d’antan en toute tranquillité que de visiter le village de Chiran?

Méconnue des circuits touristiques classiques, Chiran représente une parenthèse de calme au départ de Kagoshima sur l’île de Kyushu. En la couplant avec celle du musée de la paix des kamikazes, cette visite remplit une journée, facilement accessible en bus depuis la gare de Kagoshima. Chiran est connue pour 1) son patrimoine extrêmement bien conservé 2) son thé vert délicieux ! Lire la suite

Goûtez l’Okonomiyaki d’Hiroshima chez Michan !

Okonomiyaki d'Hiroshima - Japon

Si l’okonomiyaki est une spécialité d’Osaka, Hiroshima la méridionale en a développé sa propre version ! En effet, vous ne pourrez quitter cette ville au climat si doux sans avoir goûté 1) à ses huîtres 2) à son saké (de Saijo) et 3) à sa version locale de l’okonomiyaki.

L’okonomiyaki, qui signifie « grillez ce que vous voulez » est une sorte de pancake/omelette énorme, fourrée généralement de chou, de pousses de soja, de porc… mais la liste est longue ! Hiroshima a réinterprété la version classique en y ajoutant des nouilles (comme si ce n’était déjà pas assez consistant comme plat !). Lire la suite

Shabusen, restaurant de shabu-shabu – Tokyo, Japon

Si vous projetez un voyage au Japon, vous avez certainement la tête dans votre guide touristique (je vous recommande le Lonely Planet by the way !). Peut-être êtes-vous à la page « Alimentation », en train de crier « ouf, ya pas que du poisson cru au Japon ! ». En effet, si le poisson dans son plus simple appareil est très répandu, les Japonais aiment (et cela de plus en plus) la viande et ont développé des techniques de préparation propres, en s’inspirant des cuisines coréennes et chinoises, nations traditionnellement plus carnassières. Les Nippons apprécient tout particulièrement les fines tranches de porc et de bœuf cuites en « shabu-shabu ». Cette version japonaise de la fondue chinoise ou mongole tire son nom de l’onomatopée du bruit de la viande qu’on plonge dans un liquide bouillant.
Cette eau infusée d’une algue konbu est généralement contenue dans un grand bol en bronze, intégré à votre table ou surélevé sur un poêle. Cette forme s’inspire de son ancêtre mongol qui servait à cuire de la  viande de mouton.

L’élément principal du shabu shabu est une viande de porc ou de bœuf crue, coupée très finement (bien plus que pour un carpaccio), que l’on ébouillantera très rapidement dans une marmite située devant vous. En quelques secondes, c’est déjà prêt ! 
La viande est généralement accompagné de tofu ferme, de choux chinois et de champignons shiitakés que l’on cuira dans l’eau bouillante. En fin de cuisson, une fois que le bouillon aura gagné en saveurs grâce au jus de viande, il est courant d’y ajouter des nouilles udon. J’ai pour ma part opté pour une sorte de porridge au riz et aux haricots rouges (okayu), ainsi qu’un mugicha (thé d’orge grillé, sans caféine, ) en guise de rafraichissement.

Une fois cuits, la viande et les légumes peuvent être assaisonnés à l’aide de gomadare (une sauce au sésame pilé auquel on ajoute de la sauce soja) ou de sauce ponzu (une sauce soja au yuzu). On peut également trouver de l’huile de sésame ou du piment en poudre pour les plus aventuriers. 

Le restaurant Shabusen vous propose des tables individuelles, mais je vous suggère de vous assoir au comptoir ! 

Adresse : 5-8-20 Ginza, Chuo, Préfecture de Tokyo 104-0061, Japon

Budget : 2300 yens la formule au porc, 2800 yens la formule porc/bœuf, 3600 yens la formule bœuf, au déjeuner

 

var _gaq = _gaq || []; _gaq.push([‘_setAccount’, ‘UA-30550414-1’]); _gaq.push([‘_trackPageview’]); (function() { var ga = document.createElement(‘script’); ga.type = ‘text/javascript’; ga.async = true; ga.src = (‘https:’ == document.location.protocol ? ‘https://ssl’ : ‘http://www’) + ‘.google-analytics.com/ga.js’; var s = document.getElementsByTagName(‘script’)[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();

Iroha Karuta, restaurant japonais – Kiyamachi dôri, Kyoto, Japon

Bon plan pour un diner en plein cœur de Kyoto dans le quartier de Pontocho, un quartier un peu chaud-chaud mais pas bien méchant : Iroha Karuta. Répondant au doux nom d’un jeu de cartes traditionnel japonais, cet établissement d’une chaine d’izakaya très connue vous permettra d’éviter les écueils touristiques de ce quartier ultra-fréquenté, et vous propose une cuisine japonaise populaire matinée de quelques influences occidentales. Une serveuse hyper souriante, des tables bien isolées par des paravents, de quoi passer un bon moment entre amis autour d’une pinte de bière bien fraîche. 

Rouleaux de printemps (Harumaki en japonais), très frais, fourrés au saumon fumé. Parfait en ces grandes chaleurs (ces photos datent d’août!)

Brochette de mochi (pâte de riz gluante), enroulé dans du bacon et fourré au fromage. Un mélange Est-Ouest bien gourmand !

Yakitori de gésiers de poulet
Maki au thon
Sashimi de poulpe, à la sauce ponzu (sauce soja au yuzu)
Intérieur du restaurant (1er étage)

Devanture, facilement reconnaissable depuis la rue, avec ses plats en plastique

Adresse : Iroha Karuta Honten (branche de la rue Kiyamachi) 〒604-8016 京都府京都市中京区東木屋町通四条上ル2丁目下樵木町197-2 (木屋町市営駐車場南側)(pas de lien embedded, pour plus d’informations, cliquez ici !)
Budget : autour de 2200 yens par personne, avec boissons (pinte de bière)