L’or et le Japon : une histoire qui dure !

En parcourant les méandres de son ordinateur, on retombe parfois sur quelques photos  intéressantes : c’est le cas de celles de l’exposition 113 ors d’Asie, qui s’était tenue au Musée Guimet il y a deux ans. J’avais particulièrement aimé cet évènement, qui mettait en lumière de très beaux objets japonais avec pour fil conducteur l’or, ses usages et ses symboles, mais je n’avais jamais pris le temps d’en parler ici.

Déroulons aujourd’hui en quelques points l’importance de ce métal précieux au cœur de l’histoire japonaise, et son apport dans le domaine des arts. Lire la suite

Publicités

Le Japon bien représenté à Paris Photo

C’est parti pour la 22ème édition de PARIS PHOTO, la foire internationale du médium photographique organisée depuis 1997 ! 

Du 8 au 11 novembre, la fine fleur des plus grands photographes, reconnus ou encore inconnus, est présentée au public sous la Grande Nef du Grand Palais. J’ai eu la chance d’obtenir une entrée pour l’avant-première, organisée ce 6 novembre : je ne sais pas vous, mais je me sens toujours une âme d’enfants que je pénètre dans cette immense cathédrale de verre et d’acier ! Tout le niveau 1, ainsi que la mezzanine, a été envahi par près de 200 exposants, aux corners plus ou moins grands, et partout ces clichés, qui recouvrent les murs ! Noir et blanc, ou couleurs, formats géants aux petits cadres, corps dénudés ou nature figée : la photographie a encore une fois montré toutes les facettes de son vocabulaire, qui se conjugue bien évidemment en japonais… Lire la suite

Mochi & céramique : coup de cœur « C’est bon le Japon » édition 2018

IMG_1978

Cet été, j’ai réussi à trouver un peu de temps pour aller au salon C’est bon le Japon, en plein Paris, dans le quartier du Marais. Rendez-vous obligatoire pour les amateurs de culture japonaise, l’entrée ne coûte qu’un euro : que vous soyez passionné ou juste curieux, jetez-y un coup d’œil. Dans ce genre d’événements, tous les stands ne m’intéressent pas, comme ceux sur la mode et accessoires type éventails & co : je me concentre sur les stands culinaires et d’arts de la table. Cette année, j’ai fait sur quelques stands de belles découvertes :

  • La Maison du Mochi
  • Céramiques Atelier Ryokan
  • Thés bio Zenjiro

Lire la suite

Jakuchū : une exposition exceptionnelle au Petit Palais

La scène culturelle japonaise de Paris bénéficie pendant un petit mois d’une activité incroyable : la présence d’une des plus grandes œuvres de l’art japonais, le Royaume coloré des êtres vivants (Dōshoku sai-e), de Jakuchū. 

Pour encore deux semaines (jusqu’au 14 octobre exactement), le Petit Palais accueille en effet l’intégralité de cette collection composée de 30 grands rouleaux de peintures polychromes sur soie, représentant des éléments naturels d’un dynamisme rare : coqs et poules, poulpes, poissons argentés, pivoines épanouies, roses d’hiver… C’est une ode vibrante à la vie que Jakuchū a peint en l’espace d’une dizaine d’années. Lire la suite

Exposition Yu-Ichi INOUE, la calligraphie libérée

Peut-être avez-vous vu des affiches parlant de « Japonismes 2018 » ? En effet, nous célébrons cette année les 160 ans de relations diplomatiques entre la France et le Japon. A cette occasion, de nombreux événements et expositions ont lieu (ou auront lieu) jusqu’à la fin de l’année. Parmi ceux-là, ne manquez pas l’exposition « Yu-ichi Inoué, la calligraphie libérée«  ! Outre son intérêt, le ticket de cette exposition (de 5€) vous donnera aussi accès à l’exposition « Fukami, une plongée dans l’esthétique japonaise«  à l’Hôtel Salomon de Rothschild, qui mérite non seulement le détour, mais d’y passer deux heures, tellement les œuvres présentées sont riches et profondes. Pour plus de détails sur l’exposition Fukami, parcourez ici l’article dédié.

Mais revenons à Yu-ichi Inoue, un des calligraphes modernes ayant le plus marqué l’art japonais. Yu-ichi INOUE (1916-1985) est un artiste majeur de l’avant-garde d’après-guerre : le traumatisme du conflit mondial, l’évolution de la société japonaise vers la consommation de masse et le tout-économique, ses préoccupations individuelles face à l’âge et la maladie… Le travail de Yu-ichi utilise un art ancestral, au service de ses engagements, avec une sobriété monochrome extrêmement puissante. Il n’est pas étonnant qu’il ait été proche d’artistes français comme Pierre Soulages. Avec Yu-ichi Inoue, les caractères chinois, comme les hiragana japonais, se transforment, prennent vie, vivent et dansent sur le papier, et hypnotisent le visiteur. Parfois telles des flammes folles, indomptables dont on sent l’envie de déborder du cadre, mais également tel un cours d’eau sombre, recelant bien des secrets… Lire la suite