Roman « Le Restaurant de l’amour retrouvé », OWAGA Ito.

Ogawa Ito - le Restaurant de l'amour retrouvé

« Le restaurant de l’amour retrouvé » est un roman dont on se délecte d’une traite, telle une faim de nuit irrésistible. Vous ne vous arrêterez quand terminant la dernière page, certainement en pleurs comme moi. De joie, de tristesse, de soulagement… A vous de le découvrir !

Dans ce livre assez court, qui se lit très facilement, on suit Rinco, une jeune japonaise de 25 ans, qui, rendue muette par une rupture sentimentale traumatisante, se réfugie à la campagne chez une mère qu’elle affectionne peu, et avec qui elle entretient de très mauvaises relations. Anciennement cuisinière lorsqu’elle habitait à Tokyo, elle décide d’ouvrir un restaurant pour garantir son indépendance financière. Point besoin de dialogue quand on met tout son cœur dans une assiette : ses plats parleront pour elle. Entourée de Kuma, son ami d’enfance, des souvenirs de sa grand-mère, de son talent, d’Hermès, la truie apprivoisée de la maison, elle se découvre le don de rendre heureux par sa cuisine. Rinco, au caractère humble et discret, devient alors investie d’une mission : soulager les peines, aider les âmes en souffrance.

Pour cela, elle n’accepte qu’une réservation par jour, rencontre ses invités quelques jours avant pour comprendre la raison de leur venue, et prépare un menu sur mesure pour les soutenir dans l’étape difficile qu’ils semblent traverser. Une thérapie par la cuisine ? Oui, on peut dire cela.

C’est son parcours que nous suivons, dans une campagne japonaise reculée, hors du temps, vivant au rythme des saisons. On la suit nous dévoiler toute la richesse de la cuisine japonaise, qu’elle soit humble ou complexe : un simple ochazuke, improvisé sur le comptoir d’un bar miteux, rayonne de noblesse. Mais si la cuisine de Rinco a été nourrie de l’enseignement traditionnel de sa grand-mère japonaise, la jeune femme n’hésite pas à faire découvrir aux clients de son restaurant des saveurs exotiques, de la Corée à la France, de l’Italie à la Turquie.

C’est une véritable ode au terroir japonais, attentif à la pousse des d’asperges sauvages, au doux repos de navets juteux, dormant sous une couette duveteuse de neige fraîche « comme une meringue qui serait tombée pendant la nuit », au parfum entêtant des champignons matsutake si recherchés, cueillis au cœur de la montagne, du poulet de Hinai élevé en plein air (aujourd’hui Odate, dans la préfecture d’Akita), de la liqueur de matatabi, une sorte de kiwi qu’on laisse être grignoté par des insectes…

Si le cœur, si la trame de ce roman reste avant tout tourné autour des relations humaines, leurs complexités et leurs secrets, la cuisine joue ici un doux accompagnement, une musique de fond qui berce et fascine, à coup de détails surprenants, de saveurs envoûtantes, d’exactitudes de cuisinier.

Owawa Ito, née à Yamagata dans le Nord du Japon, a tout d’abord commencé sa carrière dans les livres pour enfants. Le Restaurant de l’amour retrouvé est son tout premier roman, publié en France en 2013. Le roman a été adapté au cinéma sous le nom « Rinco’s restaurant ».

Le restaurant de l’amour retrouvé,
Ogawa Ito,
Éditions Philippe Picquier, 244 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s