Pasta à la chinoise

En période de crise mondiale, il était parfois imposé de se serrer la ceinture et d’aller manger aux « pâtes » comme on l’appelait. Il fallait pour cela attendre 22h qu’il s’installe dans une petite rue sombre.

En réalité, pour 50 centimes d’euros, on avait droit à une portion de pâtes chinoises (vermicelles, udon, tagliatelles chinoises) ou de riz, rissolée dans un wok avec des pousses de soja, épinards, capres et sauce teriyaki.
Très gouteux final qui parfois laissait de mauvais souvenirs à mon appareil digestif…

Admiez plutot le chef…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s